200.000€ HT / an pour la communication audiovisuelle !

(capture d’écran du site internet de la ville de Montauban)

 

Lors du conseil municipal d’hier, nous a été proposé de voter le recrutement d’un agent contractuel pour le service communication de la mairie.

Cette embauche porte à NEUF le nombre de personnes affectées à la communication de notre maire et de son équipe. Nous avons rappelé que ce poste devrait coûter plus de 30 000 € par an de plus à la collectivité.

Or, pour RAPPEL, nous n’avons toujours pas pu obtenir le montant TOTAL du budget communication.

Près d’un million d’euros en quatre ans !

Le seul chiffre dont nous disposons est celui de la communication audiovisuelle (communication sur internet) de la ville. J’ai d’ailleurs eu accès en détail au dossier du marché public (après plusieurs sollicitations…), après avoir pris connaissance de son montant. Un montant qui donne des vertiges : 200.000€ HT par an ! Avec la TVA, on arrive à près d’un million d’euros en quatre ans !

La question est donc de savoir quelles prestations justifient un tel effort financier de la collectivité. Voici quelques exemples :

  • la ville (donc les Montalbanais) paye 1 500€ pour l’envoi d’une newsletter
  • la ville (donc les Montalbanais) paye 1 500€ pour filmer un conseil municipal (hors diffusion)
  • la ville (donc les Montalbanais) paye 3 500€ pour diffuser un numéro du Ma Ville (journal municipal) sur internet (pour combien de téléchargements ???)
  • la ville (donc les Montalbanais) paye 6 000 euros pour créer des chaines sur des réseaux tels YouTube, DailyMotion & Vimeo : or, ces chaines qui existent aujourd’hui, comportent 67 vidéos, vues en moyenne 58 fois ! A 900€ l’une, cela fait cher le prix du visionnage…

La communication est-elle une priorité ?

Encore une fois, ces 200.000€ HT ne constituent pas le montant total des dépenses de communication. Il faudrait y ajouter par exemple les dépenses de personnels, les éventuelles prestations extérieures, la communication papier, la communication écrite, etc.

Nous pensons de notre côté qu’au regard de l’état de nos finances, notre collectivité devrait avoir d’autres priorités : les écoles, le soutien aux associations, la culture, la transition énergétique, la rénovation des bâtiments publics, le développement des modes de déplacement doux, etc.

Nous avons voté contre cette délibération.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *