2014-2017 : bilan de mi mandat pour le groupe Montauban Demain

Le groupe Montauban Demain est composé de Valérie RABAULT, Gaël TABARLY, José GONZALEZ, Arnaud GUITARD, Carole SCHUMAN et Pauline BLANC.


En trois ans de mandat, l’équipe municipale de Mme Barèges a fait perdre du pouvoir d’achat aux Montalbanais, à la fois en augmentant les impôts locaux contrairement à sa promesse de campagne et les tarifs des services publics.

On estime qu’elle a ainsi baissé le pouvoir d’achat moyen d’un couple avec 2 enfants d’au moins 200€ depuis 2014.

 

La fiscalité ? promesse non tenue.

L’équipe municipale avait promis de ne pas augmenter les impôts locaux. Or, ces impôts pour un appartement de 100m² en centre ville de Montauban sont passés de 2109 € en 2014 (taxe d’habitation + taxe foncière) à 2256€ en 2016, soit 147€ d’augmentation en 2 ans !!!!

 

Les tarifs des services publics ? Ils ont augmenté plus vite que l’inflation.

L’abonnement pour les bus scolaires a par exemple plus que triplé, passant de 75€ en 2014 à 240€ en 2016 pour une famille avec deux enfants et un revenu mensuel de 2400€.

Concernant la cantine, les tarifs montent jusqu’à 3,35€ le repas à Montauban. Ainsi, pour cette même famille, faire déjeuner ses enfants à Montauban coûte par exemple 316€ de plus sur un an que les faire déjeuner à Montech.

 

L’attractivité de Montauban ? Elle est en recul car il n’y a pas de « pilote dans l’avion » pour le développement de notre ville.

Plusieurs études viennent récemment d’être publiées, avec toutes un même constat pour Montauban : perte de dynamisme. Ainsi l’agglomération est classée 85ème sur 98 pour son attractivité en matière de travail.

Montauban figure parmi les 20% de villes de plus de 10 000 habitants qui ont la taxe foncière la plus élevée (avec un taux de 30%).

Enfin, elle rentre dans le cercle des villes dont « la vacance [au centre-ville] devient structurelle et marque un déclin de la commercialité ».

Ce constat n’est pas le fruit du hasard. Il traduit un manque d’ambition pour notre ville. Par exemple, pour le centre universitaire qui permet aux jeunes Montalbanais et Tarn-et-Garonnais de pouvoir poursuivre leurs études, la mairie ne participe pas … si bien que l’université de Toulouse I Capitole a décidé de ne pas réaliser l’agrandissement qui était envisagé, ce qui pénalise bien sûr nos jeunes.

 

L’intérêt des Montalbanais ? Souvent oublié…

Nous dénonçons le mode de gestion qui consiste à faire des cadeaux aux grands groupes du CAC 40 avec le porte-monnaie des Montalbanais.

Cette situation n’est pas nouvelle. Mais en février 2017, la Chambre régionale des comptes a mis « les pieds dans le plat » concernant la gestion des parkings. Elle a ainsi écrit que « l’exonération illégale de redevance pendant quatre ans du délégataire (600 000 €) ne trouve pas de justification pertinente ». En résumé, la mairie de Montauban a accordé 600 000€ au gestionnaire privé des parkings.

Autre exemple : la piscine qui coûte très cher aux contribuables montalbanais. Ainsi, chaque année, la municipalité verse à une entreprise privée près de 1 million d’€ à Vert Marine pour faire fonctionner la piscine.

 

Etre constructifs

Malgré nos divergences, nous restons dans une démarche constructive avec comme perspective un avenir dynamique pour notre cité.

C’est ainsi que différentes dispositions votées par notre majorité au niveau national ont pu bénéficier aux Montalbanais :

  • 2 millions d’€ dans le cadre du programme Territoires à Energie Positive afin de lancer des chantiers de réhabilitation thermique ;
  • des exonérations d’impôts pour les commerces du cœur de ville (compensées par l’Etat à la ville), ce qui représente une économie d’impôt entre 2000 et 4000€ par an ;
  • un renforcement du soutien à l’investissement via le fond de soutien à l’investissement local voté en novembre 2015 ;
  • des postes d’enseignants supplémentaires malgré le manque de locaux pour accueillir de nouvelles classes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *