Archives de catégorie : Montauban, Demain…

Voirie à Montauban : il y a urgence !

Quand Brigitte Barèges communique pour masquer les carences de son action.

 

Brigitte Barèges organisait ce vendredi 20 mai une tournée en bus des « sites montalbanais ayant fait l’objet de travaux d’aménagement et d’embellissement » incluant les ronds-points, la rue d’Alembert et  le tronçon 1B du Boulevard Urbain Ouest (BUO), en présence de ses élus et de la presse.

Cette opération de communication masque l’état préoccupant de la voirie municipale. En privilégiant l’embellissement de giratoires plutôt que la sécurisation des carrefours, la rénovation des allées du centre-ville à l’achèvement du BUO ou l’extension des axes périphériques à l’entretien du réseau existant, Mme Barèges semble refuser d’entendre les alertes des habitants, des parents d’élèves, et des usagers en transit qui pourtant nous interpellent, nous, élus d’opposition, régulièrement à ce propos.

Car il y a urgence :

  • Un plan de modernisation de la voirie municipale doit s’engager rapidement, incluant la sécurisation des carrefours et des espaces piétonniers. Ce plan devra s’effectuer en concertation avec les riverains, les usagers et les acteurs économiques et concerner en priorité les axes transversaux, périphériques et les hameaux.
  • L’achèvement du Boulevard Urbain Ouest doit être une priorité. L’ouverture du tronçon 1B qui relie sur 1 km la route de la Vitarelle à celle de Lamothe a lieu plus de deux ans après celle du tronçon 1A. A ce rythme, à quelle date sera achevée l’intégralité des 15 kilomètres du projet ?

Une gestion assainie des finances (la dette du Grand Montauban avoisine les 80 millions d’euros, celle de Montauban les 70 millions d’euros) et la suspension des projets électoralistes devraient permettre, d’ici 2020, de mener un programme ambitieux incluant sécurisation, rénovation et prospective pour anticiper aujourd’hui les déplacements de demain.

A ce jour, aucune opération de communication ne dupera les Montalbanais sur l’état des routes communales qu’ils empruntent au quotidien.

 

Gaël Tabarly, conseiller municipal d’opposition à Montauban

La violence physique, argument politique à Montauban ?

Solidarité avec Paul Murat-Craïs, jeune militant du MJS82 agressé ce matin sur le campus universitaire de Montauban par le chef de cabinet de Brigitte Barèges dans le cadre de la campagne pour les élections étudiantes.
 
Après la violence verbale, les actes d’intimidation et les procédures judiciaires, la violence physique deviendrait-elle un argument politique à Montauban ?
 
Ces méthodes totalitaires font tomber les masques sur des pratiques d’un autre temps : seront-elles condamnées par Brigitte Barèges et son entourage ?
 
Courage à et amistats à Paul pour la suite de la plainte qu’il a déposée ce matin.

Coup de gueule : Non, Montauban n’est pas à l’image de son maire !

L’émission de France Inter « Si tu écoutes, j’annule tout » consacrait de ce lundi 14 mars une chronique sur la maire de Montauban.

Après des allusions à des « comptes de campagne rejetés, détournement de fonds publics, faux et usage de faux, complicité de recel », Guillaume Meurice diagnostiquait une ville de Montauban atteinte du « syndrome de Levallois-Perret ». Il pointait avec humour une maire qui « ferait passer Patrick Balkany pour St François d’Assise », en incluant notamment plusieurs références au film « Le Parrain ».

Dans sa chronique, le journaliste part ensuite à la rencontre de Montalbanais-es pour les faire réagir à la mise en examen de leur maire. Nous ne pouvons alors qu’être consternés à l’écoute du panel sélectionné dans le reportage. Les railleries des membres du studio à propos de l’accent occitan très prononcé du premier passant frisent le petit racisme ordinaire Paris-Province. Vient ensuite une habitante déconnectée qui « se dépêche d’aller dépenser ses sous avant que Brigitte ne les détourne pour refaire sa véranda ». Puis un homme visiblement sous l’emprise de l’alcool en cette matinée de marché. Etcetera.

Non, chers visiteurs, Montauban n’est pas la ville de benêts provinciaux que vous dépeignez inconsciemment. Non, les Montalbanais-es ne sont pas à l’image de leur maire ! Ils ne sont – une fois de plus  – que les victimes de ses frasques. Jusqu’où donc Brigitte Barèges ternira la représentation de notre ville ?

Ils sont nombreux les créateurs, les artistes, les jeunes, les entrepreneurs, les exaspérés, ceux qui luttent et qui espèrent enfin construire, ensemble, le Montauban de demain, une ville pour tous, débarrassée de Brigitte Barèges. Nous sommes tous disponibles pour répondre aux questions des journalistes et faire connaitre le vrai visage de notre ville, aux antipodes de ce qu’incarne Mme Barèges.

Gaël Tabarly, conseiller municipal d’opposition

Brigitte Barèges, la maire qui « ferait passer Patrick Balkany pour St François d’Assise »

Attention à vous, Guillaume Meurice : cela ne m’étonnerait pas que « Bribri » vous attaque en justice, elle n’apprécie guère être contredite… ou contrariée (je peux en témoigner) ! Et qu’importe si elle est déboutée : elle s’est faite voter en septembre la protection fonctionnelle par le conseil municipal et ce sont donc les Montalbanais qui payent l’intégralité de ses frais de justice !

 

Pour voir ou revoir la chronique de Guillaume Meurice :

 


Brigitte de Montauban, Le moment Meurice par franceinter

Il est des assemblées où il n’est pas facile d’être un élu d’opposition

Communiqué de presse du Partit Occitan, la gauche écologiste occitane

Le Partit Occitan soutient Gaël Tabarly, son élu de Montauban

Visiblement il n’est pas facile d’être un élu d’opposition quand on est conseiller municipal de Montauban. Notre élu, Gaël Tabarly, en fait l’expérience.

Lo Partit Occitan s’étonne que son action l’amène, suite à une plainte de Brigitte Barèges, à être interrogé par un officier de police judiciaire comme un vulgaire délinquant . Il est l’objet d’une plainte parce qu’il aurait « diffamé » madame le maire !

Nous apportons tout notre soutien à Gaël Tabarly.

Il nous semble qu’il existe d’autres armes pour répondre à un élu de la République qui ne fait que jouer son rôle d’opposant. Nous trouvons que ces tentatives d’intimidation n’ont rien à voir avec la démocratie. Mais qui a peur de la démocratie ? Pas nous en tous cas.

Certains choisissent d’encombrer la Justice —alors que celle-ci à bien d’autres dossiers plus importants à traiter— en déposant des plaintes en diffamation ; nous attendrons avec sérénité la décision des juges.

Démocratie, information et transparence : voilà des valeurs auxquelles nous sommes attachés. Et c’est bien cela le sujet.

 

                                               David Grosclaude, pour le bureau fédéral du Partit Occitan

http://partitoccitan.org/en-direct/comunicats/il-est-des-assemblees-ou-il-nest-pas-facile-detre-un-elu-dopposition/

Les députés socialistes enterreront-ils à leur tour les langues régionales ?

 

Communiqué de presse

 

 

Jeudi soir, l’Assemblée Nationale a rejeté la proposition de loi présentée par Paul Molac sur les langues régionales. Le texte visait à prendre de nouvelles dispositions en faveur de leur enseignement, de leur présence dans l’audiovisuel et dans la vie publique.

Afin de faire barrage à ce vote, les députés du groupe socialiste ont demandé un scrutin public, qui est un vote électronique, afin faire voter quatre députés qui étaient en mission (donc non-présents). Le texte a donc été rejeté par 14 voix contre, 13 pour et une abstention…sur 577 députés !

Pour rappel, tous les articles du texte avaient été votés, tous les articles additionnels ajoutés, avant l’utilisation de cette manœuvre politicienne.

Les parlementaires socialistes qui avaient voté il y a bientôt deux ans en faveur de la ratification de la Charte européenne ont-ils oublié d’être présents jeudi soir ?

Où est passé la promesse 56 du candidat François Hollande, alors que nous entrons dans la dernière année du mandat présidentiel ?

Il est urgent que les parlementaires et les associations se mobilisent pour qu’une nouvelle initiative voie le jour très prochainement.

 

 Gaël Tabarly

Soutien sans faille aux grévistes de la clinique du Pont de Chaume

Depuis 16 jours maintenant, les salariés de la clinique privée du Pont de Chaume sont en grève. Ils revendiquent de meilleures conditions de travail, une revalorisation de leurs salaires et une meilleure qualité des soins pour les malades.

Ces salarié-e-s (la majorité sont des femmes) doivent pouvoir compter sur le soutien sans faille des Montalbanais et des élus de gauche de notre ville. Ils se battent pour leurs droits mais aussi et surtout pour nous permettre à tous de pouvoir accéder à un service de santé conforme aux principes élémentaires de la dignité humaine.

Aussi, les récentes déclarations et décisions de Brigitte Barèges sont des provocations inacceptables qui doivent être dénoncées. Le rôle des élus aux responsabilités doit être de favoriser la reprise de véritables négociations qui permettent de sortir dignement de ce conflit.

Chacun peut aller manifester son soutien aux grévistes en les rencontrant directement à l’entrée du parking de la clinique. Ils en ont besoin.

 

Gaël Tabarly, conseiller municipal d’opposition.

 

Les sénateurs Tarn-et-garonnais enterrent la ratification de la charte européenne des langues régionales.

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

François Bonhomme et Yvon Collin, sénateurs de Tarn-et-Garonne, font partie des sénateurs qui ont refusé hier soir de débattre de la Charte Européenne des langues régionales. Trois jours après une mobilisation en faveur des langues régionales qui a réuni plusieurs dizaines de milliers de personnes, le Sénat, qui se targue de représenter les territoires, n’a donc même pas daigné se pencher sur la question.

 

Ce vote de nos parlementaires est déconcertant tant il apparaît déconnecté des réalités du Tarn-et-Garonne. Comment accepter que la France, défenseuse de la diversité culturelle dans le monde, s’ampute ainsi d’une richesse culturelle à l’intérieur de ses frontières ? La langue et la culture occitanes sont parfaitement solubles dans la République. Elles font sens dans ce département pour nombre de nos concitoyens.

 

Tel décalage entre attachement populaire et positions de principe est affligeant. Il appartient désormais aux autres parlementaires de se coordonner pour qu’un nouveau projet de loi sur les langues régionales puisse voir le jour très prochainement.

 

Gaël Tabarly, conseiller municipal de Montauban

Montauban doit accueillir des réfugiés

Question orale posée dans le cadre du Conseil Municipal du 29/09/15

 

Madame le maire,
 
 
Depuis des mois, l’Europe fait face à un afflux sans précédents de réfugiés politiques venus de Syrie, d’Irak ou de Lybie. Ces femmes et ces hommes, souvent accompagnés d’enfants, fuient la guerre et les atrocités commises dans leur pays pour rejoindre au péril de leur vie des territoires protecteurs et pacifiés.
 
 
L’Etat a pris des engagements clairs pour garantir l’accueil et l’intégration de ces familles. Il appartient désormais aux collectivités d’organiser cet accueil en s’inscrivant dans cette démarche de solidarité.
 
 
Plusieurs collectivités de Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon – de toutes tendances politiques –  ont pris ou s’apprêtent à prendre des dispositions pour s’engager dans cette démarche. Aussi, alors qu’une délibération a été votée au cours de ce conseil pour soutenir les actions de l’UNICEF, nous souhaiterions connaître les dispositions prises par la ville pour l’accompagner localement.
 
 
Nous formulons en outre la proposition que la ville de Montauban prenne l’initiative de convoquer l’ensemble des acteurs locaux (élus, associations, TGH et plus largement les bailleurs sociaux, CCAS, services de l’Etat, etc.) pour organiser efficacement et dans la dignité l’accueil de ces familles.
 
 
Je vous remercie.
 
Gaël Tabarly, pour le groupe Montauban Demain