Quels risques suite à l’incident à la centrale de Golfech ?

Interrogée par écrit au dernier conseil municipal, Brigitte Barèges a éludé la question

Il y a 10 jours, EDF a indiqué qu’un incident « significatif » s’était produit le 19 octobre à la centrale nucléaire de Golfech. Pendant 2 minutes, une cheminée de l’unité de production n°1 a déversé dans l’atmosphère des rejets radioactifs supérieurs à la limite autorisée.

Cet incident est préoccupant à plusieurs titres :

  • Contrairement au communiqué d’EDF, son impact sur l’environnement est avéré: il est d’ailleurs établi par l’Autorité de Sécurité Nucléaire, qui définit un « évènement significatif » comme un incident « présentant une importance particulière en matière, notamment, de conséquences réelles ou potentielles sur les travailleurs, le public, les patients ou l’environnement ».
  • Le journal Le Monde a publié le 25 octobre dernier une analyse inédite des données d’incidence recueillies par les agences sanitaires françaises concernant l’évolution des cancers en France. On y apprend ainsi que le cancer de la thyroïde est l’un de ceux qui progressent le plus fortement depuis 1980 : +400% chez les hommes, +385% chez les femmes. Parmi les facteurs expliquant cette progression (qui concerne toute les tranches d’âges, mais pas toutes les régions), on trouve l’exposition à des particules radioactives.
  • Les 65 km qui nous séparent de la centrale de Golfech font de Montauban la première agglomération de plus de 60.000 habitants exposée aux conséquences d’incidents de ce type. Et ce d’autant plus que la météo couverte du 19 octobre renforçait notre exposition aux courants d’airs venus de l’ouest du département.

Brigitte Barèges avait été interrogée par écrit pour savoir si EDF l’avait informée, en tant que maire de Montauban, de cet incident le jour où il s’est produit (avant donc la publication du communiqué du groupe, 5 jours plus tard). Il lui était aussi demandé de rappeler les mesures de prévention et les mesures d’urgence prévues au niveau de la commune en cas d’incident nucléaire.

Mme Barèges a refusé d’aborder la question, indiquant simplement qu’elle n’avait pas été informée de l’incident.

Les Montalbanais étaient pourtant directement exposés. Il est dès lors inadmissible qu’aucune disposition, tant de la part d’EDF que des autorités locales, n’ait été prise en direction de la population face à de tels risques potentiels.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *