Mise en difficulté, Brigitte Barèges coupe le micro de l’opposition

Le conseil d’agglomération de ce jeudi 5 octobre avait débuté plutôt calmement, jusqu’à l’évocation d’un nouveau projet rue Mary Lafon.

 

Le Grand Montauban souhaite implanter un nouveau centre social dans le cœur de ville de Montauban (rue Mary Lafon), pour venir compléter ceux des Chaumes (La Comète), d’Issanchou et de Beausoleil. C’est un projet que nous, élus de gauche de Montauban, soutenons fermement.

 

La discussion a dégénéré après avoir évoqué la situation de cette rue : depuis 2013, la rue Mary Lafon a bénéficié de plusieurs millions d’euros d’investissements publics (subventions à la rénovation des façades, préemption des bâtiments, réfection de la voirie, aménagements paysagers, campagnes de communication et de promotion auprès des commerçants et des habitants…), pour un résultat plus que mitigé (sur les 21 boutiques présentes dans la rue, seules 5 sont occupées). Nous sommes donc bien loin de la « rue des artistes » que Mme Barèges annonçait vouloir créer lors des dernières élections municipales.

 

Cette intervention a profondément agacé la maire de Montauban, mais c’est la délibération suivante qui a mis le feu aux poudres. Depuis 2008, l’Esplanade des fontaines prend l’eau en raison d’importantes fuites dans les canalisations. Des malfaçons ont été constatées et un accord à l’amiable a été négocié avec le constructeur pour réparer les dommages au plus vite à moindre coût.

 

Alors que je demandais des précisions sur les conditions de cet accord à l’amiable, Brigitte Barèges s’est emportée et a exigé que mon micro soit coupé.

 

Malgré nos rappels au règlement (chaque groupe a droit à une intervention de deux minutes par délibération), mes tentatives (avortées) de reprendre la parole, Mme Barèges est sortie de ses gonds, couvrant mes propos de son propre micro, résumant sans la lire la délibération à son avantage, imposant un vote sans débat.

 

Peut-être est-ce l’évocation d’un dossier sensible qui a provoqué cet emportement incontrôlé (la Chambre Régionale des Comptes a pointé l’an dernier la gestion catastrophique du parking de la place Prax Paris), ou bien la mise en difficulté répétée de Mme Barèges devant les maires des autres communes du Grand Montauban qu’elle cherche sans cesse à rassurer.

 

Pour la Présidente du Grand Montauban, les choses seraient « plus simples » si l’opposition « cessait d’intervenir ». Comme ce n’est pas le cas, Mme Barèges coupe elle-même ses micros.

 

Gaël Tabarly

Conseiller municipal et communautaire de Montauban

3 réflexions sur « Mise en difficulté, Brigitte Barèges coupe le micro de l’opposition »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *