Risques sanitaires liés au pic de pollution à Montauban : pourquoi la municipalité n’a-t-elle pas alerté les habitants ?

Le bassin de Montauban a connu ces derniers jours un pic préoccupant de pollution aux particules fines.

Sur une échelle de 1 à 10, notre territoire a été classé au niveau 8 par ORAMIP, l’association agréée par le ministère de l’Écologie pour surveiller la qualité de l’air dans notre région. Concrètement, cela signifie que la pollution faisait courir des risques sur la santé des habitants (irritation des voies aériennes, accélération du rythme cardiaque, difficultés à respirer…) et notamment sur les plus fragiles (personnes âgées, enfants et femmes enceintes).

Ainsi, dès le début de la semaine, les services de l’Education Nationale ont invité les professeurs d’Education Physique et Sportive du Tarn-et-Garonne à limiter les « activités physiques de forte intensité » pratiquées par les élèves en extérieur.

A Montauban, alors que la préfecture diffusait des recommandations, c’est pourtant par la seule voie de presse que les Montalbanais ont été informés : la mairie est restée de son côté totalement muette.

Aucun des dispositifs d’information à la population dont dispose la ville n’a été massivement activé pour informer les habitants (site web de la ville, réseaux sociaux, panneaux lumineux d’informations municipales, messages sonores dans les rues du centre-ville…). A notre connaissance, aucune recommandation n’a été adressée ni aux clubs, ni aux infrastructures sportives municipales (plaines de jeux, complexe aquatique…).

Dans les autres municipalités qui  ont connu des niveaux de pollution similaires (Paris, Lyon, Grenoble ou Toulouse) des dispositifs ont immédiatement été enclenchés : alerte (information de la population), limitation des sources de pollution (restriction du trafic routier) ou prévention des risques sanitaires.

Pourquoi cela n’a-t-il pas été le cas à Montauban ? Pourquoi un tel black-out de la part de Mme Barèges et de ses élus ?

Il ne s’agit plus ici de débattre de la réalité du réchauffement climatique, mais bien de prendre les dispositions nécessaires à la protection des administrés.

 

 

Gaël Tabarly

Conseiller municipal d’opposition

Une réflexion sur « Risques sanitaires liés au pic de pollution à Montauban : pourquoi la municipalité n’a-t-elle pas alerté les habitants ? »

  1. Il faut des solutions: malheureusement, la majorité et l’opposition ne veule,nt pas que les choses change parce que tout les deux suive,t le dgme dominant ‘la croissance à tout prix’: encore plus de bagnoles, encore plus d’induistrie, encore plus de centre commerciales..
     » Les pubs pour les voitures montrent des chauffeurs qui s’épanouissent au volant de leur bolides flambant neufs sur des routes désertes.
    Les présentateurs des JT annoncent toujours avec un grand sourire quand les ventes de voitures sont en augmentation mais plus personne n’est vraiment dupe : l’époque où tout le monde pouvait rouler facilement en voiture individuelle est révolue.
    Rester immobilisé dans un embouteillage vous déprime ?
    Regarder les chiffres défiler sur le compteur à la pompe vous inquiète pour vos fins de mois ?
    Faire les petits trajets dans un véhicule qui pèse une tonne ou plus vous semble de plus en plus absurde ?
    Bonne nouvelle : Vous pouvez améliorer votre forme et économiser de l’argent.

    Comment ? En se déplaçant à vélo.
    « Mais se déplacer autrement que dans une voiture individuelle c’est ringard, et les gens vont penser que je suis pauvre.»
    Rassurez-vous ! rouler à vélo n’est plus signe de pauvreté, mais preuve de lucidité. On l’a vu récemment, la pollution atmosphérique rattrape même les villes comme Montauban où les embouteillages aux heures de pointe sont devenus fréquents.
    Acheter(ou remettre en usage) un vélo de ville, s’équiper avec une carriole (à commander chez les marchands de vélo ou directement sur le net), est un acte citoyen de première importance.
    Vélo : pour retrouver la ligne
    Vélo : pour vous oxygéner
    Vélo : pour évacuer votre stress
    Vélo: pour économiser de l’argent
    Et en plus on gagne du temps : en ville, un trajet sur deux n’excède pas trois kilomètres, distance sur laquelle le vélo est beaucoup plus rapide. La ville de Montauban s’y prête facilement : elle est quasiment plate.
    En Allemagne ou au Pays Bas la majorité de citoyens utilise des vélos et des carrioles pour faire les courses au marché ou au supermarché (à Montauban nous ne sommes pas beaucoup à être équipé mais il y en a de plus en plus en usage).
    Faire du vélo, investir dans une carriole…. vous risquez seulement de retrouver la forme, gagner du temps, économiser de l’argent et ne plus contribuer à la pollution ambiante de votre ville.  »

    Tony Smith

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *