Ethique et prévention des conflits d’intérêts : Brigitte Barèges refuse de s’engager

Brigitte Barèges a rejeté hier notre proposition d’engager le Grand Montauban dans une réflexion collective sur la définition d’une charte éthique de l’élu-e.

Il ne s’agissait pourtant – entre autre – que de prévenir de potentiels conflits d’intérêts (par exemple : des liens entre un-e élu-e, ou un-e collaborateur-trice d’élu-e, et  une entreprise privée, ou une association, remportant un marché public ou un appel à projet).

Une démarche jugée « inutile » par la majorité…. Vraiment ? Nous serons fixés prochainement…

 

Voici le texte de notre intervention :

 

 


 

 

 Conseil communautaire du 22/06/16

Question orale – Charte éthique de l’élu

 

Madame, Monsieur, chers collègues

 

Depuis 2014, plusieurs collectivités de strates proches de la nôtre ont fait voter par leur assemblée, alors qu’elles n’y sont pas contraintes par la loi, une charte déontologique des élus. Il s’agit d’un ensemble de bonnes pratiques qui lie les conseillers (de la majorité comme de l’opposition) en donnant à leurs concitoyens des gages d’intégrité.

 Ces textes comportent généralement des dispositions diverses qui vont de déclarations générales (comme l’attachement à des valeurs et au respect mutuel) à des éléments plus précis (déclaration de voyage lié à un projet de la collectivité), voire même à la création d’une fonction de « déontologue » (pour examiner les potentiels conflits d’intérêt entre les élus et les projets qui sont votés).

 Au-delà du symbole, ces démarches ont le mérite d’engager une réflexion collective sur les moyens de redonner confiance aux citoyens en leurs représentants et, plus largement, en la politique.

 Accepteriez-vous d’engager notre collectivité dans une démarche similaire ?

 Je vous remercie.

 Gaël Tabarly, conseiller communautaire.


 

20160622 - Question orale GMCA


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *