Leroy Merlin à tout prix

Un nouveau magasin Leroy Merlin ouvrira donc ses portes à Aussonne en septembre 2015. Sa construction devrait être confirmée la semaine prochaine en conseil municipal. Bon nombres de concessions auront été faites à la chaine de bricolage pour lui permettre de s’implanter sur la commune :

·         alors que le coût du terrain s’avérait finalement trop cher, le Grand Montauban réduit son prix (tant pis si les recettes budgétaires – notre argent à tous – sont revues à la baisse !) ;

·         suite à la découverte de zones humides protégées sur place, on décide quand même de bétonner, buser, cimenter, quitte à recréer artificiellement ces zones humides un peu plus loin (mais sans aucune garantie au-delà de 15 ans) ;

·         pas de temps pour Leroy Merlin pour entretenir ces espaces ? C’est l’agglomération qui s’en chargera !

·         Et en cas de pollution des sols ou de la zone, la chaîne ne pourra être tenue pour responsable qu’en cas de faute directe !

La justification de telles concessions était martelée hier soir par Thierry Deville : « il y aura au moins 100 emplois à la clef ». Un chiffre qui reste pourtant à démontrer, tant l’impact concurrentiel sur les autres commerces, le maintien des employés à moyen terme, l’équilibre financier du magasin semblent incertains…

Rappelons simplement qu’en France, des surfaces naturelles préservées équivalentes à un département disparaissent tous les 7 ans. Une situation sur laquelle les ministres de l’agriculture successifs, de droite comme de gauche, n’ont cessé d’alerter.

A Montauban, il est encore possible de maintenir, entre habitations et zones commerciales, des espaces naturels, agricoles, forestiers, humides. C’était une proposition portée par Roland Garrigues pour les élections municipales qui pourrait tous nous rassembler aujourd’hui, au-delà des divergences politiques.
 
Mais la majorité de Mme Barèges voit les choses différemment.  Elle veut agir vite, quitte à gérer plus tard les conséquences de dossiers hâtivement préparés aujourd’hui. Encore une fois, ce sont nos enfants qui en paieront le prix.

Gaël Tabarly, conseiller municipal d’opposition

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *