VOISINS VIGILANTS – Trois ans après, un moratoire s’impose

Rien ne remplacera la présence sur le terrain

 

Il y a trois ans, la ville de Montauban mettait en place le dispositif « Voisins vigilants » visant à dénoncer auprès de la Police Municipale tout comportement estimé « suspect » et observé dans son voisinage immédiat.

 

Alors qu’une réunion est organisée demain par la mairie avec ces relais « vigilants », nous devons nous interroger sur un dispositif dont le bilan effectif n’a jamais été rendu public :

 

  • En termes de fonctionnement : la procédure de sélection des « voisins » reste totalement opaque (quels critères de sélection ? quels profils psychologiques ? quelles compétences requises ? etc.), les modalités d’implantation de la signalétique fleurissante en tout endroit de la ville sont inconnues, les bilans annuels et données comparatives n’ont jamais été publiés…

 

  • En termes de coûts : le budget cumulé communication/formation/mise à disposition de personnel/encadrement n’a jamais été transmis, alors que ces arbitrages budgétaires se font au détriment d’outils de prévention et d’accompagnement.

 

  • En termes d’efficacité : plusieurs études et analyses récentes menées dans des villes utilisant des dispositifs similaires (dont la plupart des villes d’extrême droite) ont  révélé une multiplication de signalements mineurs (tapage nocturne, ivresse sur la voie publique…), d’évènements non préoccupants (monopolisant les agents municipaux sans motifs) et – pire encore – n’ont pas permis de voir le nombre de cambriolages baisser significativement.

 

Trois ans après son lancement, il est urgent d’organiser un moratoire transparent sur un dispositif très largement contestable. Rien ne remplacera la présence de policiers sur le terrain.

 

Gaël Tabarly, conseiller municipal d’opposition à Montauban

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *